logo article ou rubrique
Théâtre de Valère, Sion : Saison 2007-2008
Sion, Théâtre de Valère
Article mis en ligne le octobre 2007
dernière modification le 22 octobre 2007

par Laurent CENNAMO

Saison sous le signe de l’éclectisme au théâtre de Valère à Sion. Le directeur artistique François Marin reste fidèle à sa politique en proposant un théâtre populaire de qualité, recouvrant pratiquement tous les arts de la scène : théâtre, humour, nouveau cirque, chanson, ou encore musique classique seront ainsi au rendez-vous. Au total 25 spectacles, dont trois créations, et beaucoup de plaisir en perspective.

Il s’agit de la troisième saison de François Marin à la tête de l’institution sédunoise. 25 spectacles cette saison (un chiffre en constante augmentation depuis 2005), la plupart pour une représentation unique. Bien que Valère soit d’abord un théâtre d’accueil, l’espace consacré à la création est de plus en plus important depuis quelques années (trois créations en 2007-2008). Une place de choix est en outre réservée à la création romande, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

Cirque et drame
Le vendredi 5 octobre, le théâtre de Valère propose Au soleil de Daudet , dans une mise en scène de Jean-Luc Tardieu. Grâce à l’interprétation subtile de Jacques Seyes (Molière du meilleur comédien en 2006), un voyage savoureux entre Paris et la Provence, l’occasion pour le public de découvrir ou redécouvrir l’univers merveilleux des « Lettres de mon Moulin ».
François Marin présentera sa dernière création le 10 octobre. Il faut parfois se servir d’un poignard pour se frayer un chemin de Roberto Alvim est une réflexion poignante sur le culte de la célébrité et sur les formes parfois hybrides que peuvent prendre les révolutions aujourd’hui. Drôle et cruel (voir notre entretien avec François Marin)
Un événement à ne pas manquer le 18 octobre : la venue à Valère du clown, acteur, mime, bruiteur Julien Cottereau (Molière de la révélation théâtrale 2007) dans Imagine-toi. Fort de son expérience au Cirque du Soleil, Julien Cottereau a créé son propre spectacle. Pas de décor, pas d’accessoire, pas de mots, mais une capacité unique à vêtir le quotidien de merveilleux, à nous émouvoir avec des petits riens (balayer, mâcher un chewing-gum, sauter à la corde, entre autres…).
Les occasions de rire, chanter ou rêver seront nombreuses durant cette première partie de saison à Valère : le mardi 23 octobre, Les acrostiches à contretemps, du nouveau cirque échevelé et drôle (acrobates et musiciens). Le béret de la tortue de Gérard Sybleyras et Jean Dell (le 14 novembre) est une comédie vive et pétillante, dans la plus pure tradition populaire. Le 11 décembre : Rutabaga Swing de Didier Schwartz (mise en scène Philippe Ogouz) ; il s’agit d’un spectacle qui mêle théâtre et chanson (graves ou légères). Une pièce subtile et émouvante sur le thème de l’Occupation, avec notamment le comédien Bruno-Abraham Kremer, un habitué du Théâtre de Valère. Le 30 novembre, une création jeune public qui promet beaucoup : Les Cosmicomics d’après Italo Calvino du Teatro Due Punti. Quelques révélations étonnantes ce soir-là : on nous expliquera notamment comment monter sur la Lune pour ramasser du lait de Lune…

Rutabaga Swing

Deux drames sur la scène de Valère au mois de novembre 2007 : le jeudi 8, Une laborieuse entreprise de Hanokh Levin, mis en scène par Jean-Pierre Berthomier, qui fut l’une des révélations du Festival Off d’Avignon. L’humour noir, la vision du monde joyeusement désespérée d’Hanokh Levin font une nouvelle fois mouche dans cette pièce, radioscopie cruelle d’un couple en crise.
Hannah K. d’après Renaud Meyer, mis en scène par Gérard Gélas, nous plonge dans l’univers douloureux des rescapés de la Shoah, avec justesse et pudeur. C’est la comédienne Marie Epin (nominée aux Molières comme Meilleure comédienne 2006) qui interprétera le rôle de cette femme polonaise pour qui la culture est le seul antidote contre les atrocités quotidiennes, la seule arme efficace contre le malheur. A ne pas manquer (le 20 novembre 2007).

Créations
Trois créations cette saison. Le mardi 15 janvier, le public de Valère aura le privilège de découvrir la dernière création du duo Joseph E. Voeffrey-Anne Vouilloz, Mesure pour mesure de William Shakespeare. Présentée dans la nouvelle excellente traduction de Jean-Louis Déprats, une belle occasion de découvrir une pièce moins connue de Shakespeare, qui brasse néanmoins tous les thèmes favoris du dramaturge anglais : vice et vertu, pureté et luxure, mensonge et vérité…
Deuxième création de la saison, un concert de musique classique de haut vol : Quintette de Schumann et quatuor de Brahms (le 31 janvier 2008). Au programme, deux chefs-d’œuvre du répertoire chambriste interprétés par un quintette composé spécialement pour les Scènes Valaisannes.
Plus tard dans la saison, les jeudi 15 et vendredi 16 mai, l’équipe de Bergamote présente en primeur son nouveau spectacle à Valère. Les petits arrangements  : un spectacle rempli d’humour interprété notamment par la comédienne Claude-Inga Barbey.
Plusieurs créations romandes importantes viendront ponctuer la saison. Le 18 mars, Les Liaisons dangereuses de Christopher Hampton mis en scène par Jean-Gabriel Chobaz. Peu savent que c’est la pièce de Christopher Hampton qui a servi de scénario original au célèbre film de Stephen Frears. Neuf comédiens suisses interprètent cette pièce qui sent le souffre.
Le 1er avril, une reprise avec Cinq hommes de Daniel Keene, mis en scène par Robert Bouvier. Ce spectacle est une plongée dans l’univers de travailleurs clandestins ; ils sont cinq, venus du Sud, de l’Est ou d’Afrique, employés par un patron véreux pour construire un mur. Des récits de déracinement à la fois tragiques et émouvants.
Le 10 avril, L’Enfant Eternel de Philippe Forest (Prix Femina 1998), la dernière création de Denis Maillefer, avec les comédiens Valeria Bertolotto et Pierre-Isaïe Duc. Une pièce dépouillée à l’extrême (deux personnages, dont l’un pratiquement muet, pas de décor), mais qui laisse briller par instants des éléments du monde réel.
A découvrir encore en 2007-2008 à Valère, des accueils de qualité : Un et un Feydeau par la troupe du Phénix, une comédie où les situations les plus improbables s’enchaînent à un rythme fou (le 23 janvier). Le 12 février, Pygmalion de George Bernard Shaw par la Compagnie Ici et Maintenant. Une satire incisive de notre modernité astucieusement mise en scène par Christine Berg. Chasseurs de sons revisite les chansons de notre patrimoine (du rock à la musique de film, en passant par les incontournables de la variété française) (le 28 février). Musique toujours (Renaissance et Baroque cette fois) le vendredi 7 mars avec La tarantella par l’Arpeggiata sous la direction de Christina Pluhar. Les Témoins de Philippe Blasband est une plongée fascinante dans une Belgique profondément marquée par l’affaire Dutroux (le 12 mars).

De la Commedia dell’arte bouffonne et décapante ( Bellissimo ), du cinéma d’animation ( Les Aventures du Prince Achmed de Lotte Reiniger, accompagné en direct par le Quintette I Salonisti) et de l’humour ( Les Endives mises en scène par Thierry Romanens) pour conclure une saison à la variété réjouissante.

Laurent Cennamo

Location : 027 323 45 61
www.theatredevalere.ch