Musée Tinguely, Bâle
Bâle : « Machines musicales / Musique machinale »

Première

Article mis en ligne le 5 décembre 2016
dernière modification le 1er février 2017

Le Musée Tinguely permet aux spectateurs d’admirer et d’écouter, les « Méta-Harmonies » de Jean Tinguely.

Les sculptures de Jean Tinguely ont toujours une dimension acoustique, que l’artiste a lui-même délibérément composée et réglée comme une partie intégrante de ses œuvres. Cet aspect musical culmine dans les quatre « Méta-Harmonies » réalisées entre 1978 et 1985.

L’exposition « Machines musicales / Musique machinale » offre pour la première fois l’occasion de voir dialoguer les unes avec les autres ces quatre gigantesques sculptures sonores qui se trouvent sinon à Karuizawa (Japon), Vienne et Bâle. Les « Méta-Harmonies » serviront de cadre à des productions d’artistes contemporain(e)s expérimentant avec la dimension sonore.

Ça couine, crisse, grince, craque et tape, et parfois, on entend même une suite de sons. Les quatre machines, que Tinguely a nommées « Méta-
Harmonies », offrent bric-à-brac chaotique et sonore qui paraît tout sauf composé. « Mes machines ne font pas de la musique, mes machines utilisent les sons ; je joue avec les sons et construis parfois des machines à mixer les sons qui laissent les sons s’échapper en toute liberté. » Ce faisant, l’artiste ne signifie pas seulement que les sons des machines vont à l’encontre de la notion habituelle d’harmonie musicale. Il souligne également son dessein de faire de la « Musique nouvelle » en utilisant les sonorités de ses machines : le son devient pour lui matériau artistique.

De nombreux concerts, interventions artistiques, workshops et événements auront lieu durant l’exposition. Le programme interdisciplinaire permettra ainsi aux visiteuses et visiteurs de faire de leur visite au musée une expérience sensorielle multiple et variée.

Jusqu’au 22 janvier 2017