Musée national suisse, Château de Prangins
Prangins : « Indiennes »

Un tissu révolutionne le monde !

Article mis en ligne le 21 avril 2018
dernière modification le 16 octobre 2018

Pour célébrer le 20e anniversaire de son inauguration, le Château de Prangins consacre une importante exposition aux toiles de coton imprimé dites « indiennes ». Grâce à une collection exceptionnelle, il propose une incroyable plongée dans l’histoire du premier produit mondialisé, consommé sur l’ensemble des continents. L’accent sera mis sur la contribution des Suisses à cette industrie parmi les plus florissantes qu’ait connue le siècle des Lumières.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’Europe entière s’enthousiasme pour des toiles de coton imprimées appelées « indiennes ». Cet engouement sans précédent pour ces tissus aux motifs nouveaux va marquer durablement la société, l’économie et la mode pendant près de deux siècles Pour la première fois, la participation de nombreux Suisses à cette industrie extrêmement lucrative est décrite en détail.

Cette exposition inédite nous plonge dans l’histoire des indiennes, de leurs origines en Inde jusqu’à leurs nombreuses imitations européennes. Des chefs-d’œuvre issus des meilleurs ateliers indiens et des plus célèbres manufactures françaises et suisses permettent de découvrir les secrets de fabrication ainsi que les arcanes d’un commerce florissant et si étendu qu’il fait des indiennes le premier produit mondialisé. Une histoire passionnante !

Jouant un rôle dans l’habillement et l’ameublement, ces toiles aux motifs des-sinés par des artistes talentueux se révèlent être d’une grande variété : motifs floraux et bucoliques, sujets littéraires ou musicaux comme Les Noces de Figaro. Elles reflètent parfois aussi l’actualité – vols pionniers en montgolfière, prise de la Bastille –, mais surtout elles servent de monnaie d’échange dans le commerce triangulaire et la traite des esclaves.

La majorité des toiles présentées dans l’exposition proviennent de la collection de renommée internationale de Xavier Petitcol, expert en étoffes anciennes. Elles ont été acquises par le Musée national suisse en 2016.

Du 22 avril au 14 octobre 2018