Film de décembre 2007 : “Le rêve de Cassandre“

Woody Allen nous livre là un film grave...

Article mis en ligne le décembre 2007
dernière modification le 4 mars 2012

par Charlotte BUISSON-TISSOT

Le Rêve de Cassandre 


de Woody Allen, avec Ewan McGregor, Colin Farrell

« Dans la vie, on ne peut compter que sur sa famille. La famille est la famille ! Le sang est le sang ! » Deux frères, Ian (Ewan McGregor), gérant du restaurant familial, et Terry (Colin Farrell), mécanicien, décident d’acheter un bateau, au-dessus de leurs moyens, qu’ils baptisent « Cassandra’s dream ». Quelques jours plus tard, Terry, joueur invétéré, perd 90.000£ lors d’une partie de cartes. Son frère, lui, tombe fou amoureux d’une actrice auprès de qui il se fait passer pour plus riche qu’il n’est. Mais heureusement, il y a oncle Howard, riche médecin, propriétaire de plusieurs cliniques de chirurgie esthétique, qui vient leur rendre visite ! Le grand sauveur accepte de leur prêter de l’argent à condition de lui rendre un service…

« Le Rêve de Cassandre »

Dès lors, le drame se noue. Accepter ou non ce que demande oncle Howard, figure exemplaire des deux frères, self-made man, qui a financé lui-même ses études de médecine, qui est toujours généreux, attentionné ? Nous ne sommes pas dans une comédie, la musique de Philip Glass est sans cesse là pour nous le rappeler… Pourtant, comment ne pas penser à l’hilarante scène de Annie Hall dans la file du cinéma où Allen est exaspéré par un monsieur-je sais-tout juste derrière lui, quand il filme ici quelques instants un jeune premier parlant de culture à la petite amie de Ian, ou au personnage de l’oncle, ressemblant au médecin voulant se débarrasser de sa maîtresse dans Crimes et délits, autre film, une comédie cette fois, placé sous le signe de la culpabilité. Excepté ces clins d’œil, nous ne sommes pas ici pour rire !
Allen traite de sujets graves. Croire en Dieu aide à vivre ? Doit-on payer pour nos pêchés, ou peut-on continuer à vivre sans être puni et sans culpabiliser ? Qui admirer ? Le père honnête mais aigri car raté ou l’oncle pas vraiment honnête mais richissime ? Doit-on tout faire pour sa famille ? « Ce qui est à moi est à toi est à moi » dit Terry à Ian. Oui mais jusqu’à quel point ? Les deux frères se décrivent eux-mêmes comme des « loosers », non dépourvus d’ambition, mais pas assez lucides, contrairement à l’oncle Howard, ou encore à l’actrice Angela Stark, qui clame sur scène que « la vie peut être totalement ironique » !

« Le Rêve de Cassandre » avec Ewan McGregor, Colin Farrell

Allen a-t-il définitivement perdu tout espoir ? Il nous livre un film dans la continuité de Match Point, drame londonien, parlant aussi d’ambition, de culpabilité, de morale, mais sans la force de ce dernier. Nous attendons son prochain film avec impatience, en espérant qu’il aura un peu plus de goût.

Charlotte Buisson-Tissot