Théâtre La Grange de Dorigny-UNIL, Lausanne
Lausanne : « Blabla Data Machine »

Création

Article mis en ligne le 18 décembre 2019
dernière modification le 16 décembre 2019

Toujours avides de collaborations originales, les musicien·ne·s lausannois·e·s de l’ensemBle baBel invitent quatre écrivains/performers pour une polyphonie buccale, digitale et littéraire, pour un spectacle qui aura lieu au théâtre La Grange de Dorigny.

Blabla data machine est un spectacle élaboré collectivement à partir de quatre créations littéraires et quatre créations musicales solo. Un entrelacs de sons et de mots, une dérive musicale de The Man Machine de Kraftwerk (1978) dans laquelle un être humain (par le biais de quatre voix individuelles) réfléchit à son rapport aux machines. Mais quelles machines ? Mécaniques ? Virtuelles ? La société ? son propre corps ? son cerveau ?

Sur scène, en musique et en mots, à travers les instruments et les corps engagés des artistes en mouvement, c’est l’homme dans son rapport à la machine qui sera abordé de tous côtés.

Distribution de “Blabla Data Machine“
© Nora Gauper

Huit personnages sont sur scène, la distinction entre musiciens (Anne Gillot, Noëlle Reymond, Luc Müller, Laurent Estoppey) et écrivains/performers (Gaël Bandelier, Nicolas Carrel, Alain Freudiger et Flynn Maria Bergman) s’efface progressivement pour révéler une réflexion sur le rapport entre l’homme et la machine, le corps et la société. Le visuel et la scénographie sont basés sur deux médias, la craie et l’image vidéo en direct. Quatre images sont projetées au sol, définissant quatre espaces - à la fois figuratifs et abstraits - au départ, chacun représentant l’espace d’un des quatre écrivains.

Musicalement, baBel partira d’une reproduction exacte et illusoire de l’album de Kraftwerk The Man Machine (1978). Cette musique servira de point de départ extrêmement codé permettant ensuite une déconstruction évidente.
Là où on découvrira en début de spectacle les mondes variés de chaque écrivain, baBel commencera par se déshumaniser en exécutant une musique qui a ouvert la porte à un nombre incalculable de genres et expressions musicales actuelles, de la pop à l’electro.

Le langage sonore sera contaminé par les mots, les mots seront contaminés par les sons, tous finiront par se mélanger.

Du 9 au 12 janvier 2020

Réservation