Musée d’Art Moderne de Paris
Paris : Sarah Moon & Hubert Duprat

Double exposition

Article mis en ligne le 18 septembre 2020

Deux expositions étaient prévues ce printemps au Musée d’Art Moderne de Paris, l’une consacrée à Sarah Moon, principalement reconnue comme photographe de mode, la deuxième étant dédiée à l’artiste français à Hubert Duprat. Toutes deux sont programmées pour la mi-septembre.

Sarah Moon, « La Mouette », 1998
© Sarah Moon

Sarah Moon
Le Musée d’Art Moderne de Paris présente l’exposition « PasséPrésent » autour de l’œuvre de Sarah Moon. Reconnue comme une grande photographe de mode, active en France et à l’étranger depuis la fin des années soixante, ses réalisations débordent pourtant ce seul domaine, et l’exposition souhaite faire découvrir la singularité de son travail, tant photographique que cinématographique, oscillant entre reflets et transparence, mirages et obscurité.

Précisons qu’il s’agit de la première rétrospective de Sarah Moon dans une institution muséale en France. Cette artiste, née en 1941, a débuté se carrière comme mannequin avant de pratiquer la photographie en autodidacte

De ses clichés où la surprise et l’inattendu jouent un rôle majeur, naît une œuvre qui s’apparente à une recherche expérimentale, qualifiée de “ballade“ par Sarah Moon. Au-delà des sujets – animaux, plantes, fleurs et contes –, la présence de la photographe en tant que narratrice se fait sentir tout au long de son œuvre. L’exposition sera rythmée par ses films, dont la variété permet d’apprécier l’étendue de son champ de création.

Une section de l’exposition sera également consacrée à Robert Delpire (1926-2017), son compagnon, éditeur et l’un des fondateurs du Centre national de la photographie.

Hubert Duprat, « Les Agates », 1986-1989
Ensemble de quatre cibachromes, chaque élément 76 x 160 cm. Collection Frac Bretagne © ADAGP, Paris, 2020. Photo : P. Veyssière

Hubert Duprat
Pour la première fois en France, l’œuvre d’Hubert Duprat (né en 1957) fera l’objet d’une rétrospective majeure. À travers divers ensembles, photographiques, sculpturau et la réactivation d’œuvres monumentales, l’exposition retrace l’itinéraire de cet artiste français précurseur, né en 1957, et qui depuis bientôt quarante ans développe sa pratique à la manière d’un chercheur, plus doué pour la traque que pour la capture selon ses propres mots.

Nourri d’imaginaires archéologiques et de savoirs scientifiques, Hubert Duprat produit depuis une trentaine d’années une œuvre protéiforme et fascinante. L’artiste invite à faire l’expérience d’hybridations singulières alliant par exemple le galuchat et le polystyrène, le corail et la mie de pain, le quartz et la paraffine. Relevant du processus de fabrication, son œuvre explore la diversité des formes.

L’ensemble de sa production constitue un corpus, où se côtoient le monumental et la miniature, les lignes minimales et la virtuosité maniériste. Dès ses débuts, l’activité des larves de Trichoptères inspire à Hubert Duprat une œuvre fondatrice. Explorant le savoir-faire de l’insecte artisan qui fabrique un cocon avec des éléments prélevés dans son territoire aquatique, il pourvoit l’animal de fils d’or et de perles et lui délègue l’exécution d’étuis délicats. « Le Miroir du Trichoptère », collection personnelle de l’artiste, rassemblant plus de deux mille ouvrages, des gravures, des objets, des photographies et des films, sera montré dans sa totalité dans un espace dédié dans les collections

Deux expositions à voir du 18 septembre 2020 au 10 janvier 2021