LeReflet - Théâtre de Vevey
Vevey : Choix éclectique !

Saison

Article mis en ligne le 1er septembre 2020

par Viviane Vuilleumier

Les activités reprennent sur les scènes théâtrales et Le Reflet-Théâtre de Vevey propose une programmation éclectique pour la nouvelle saison. Ainsi, dès septembre, le public pourra à nouveau se divertir.

C’est l’humour qui se taille la part du lion en ce premier mois de la nouvelle saison, avec Yann Marguet tout d’abord (12 septembre) et Frédéric Recrosio ensuite (24 septembre et, à nouveau le 6 mai). Les 24 et 25 septembre, place à la danse avec Lumen de la compagnie Prototype Status (dirigée par Jasmine Morand), une traversée jouant avec les perceptions du public, entre ce qu’il imagine et ce qui se laisse voir.

« Les Italiens »
© Pierre Nydegger et Laure Ceillier

Le programme d’octobre fait la part belle au théâtre, avec By Heart en début de mois (1er et 2 oct.), Les Italiens du tandem Massimo Furlan et Claire de Ribaupierre, un spectacle qui a déjà séduit de nombreux spectateurs (7 et 8 oct.), Bloom pour jeune public (17 et 18 oct.) et Toï Töï Théâtre / Morceaux de choix (31 oct. & 30 janv.). Quant au clown Julien Cottereau, il proposera du rire, de l’émotion et de la tendresse le 4 octobre. Et encore, le 29 octobre, en création, Piano Quattro + qui offrira un voyage musical et intemporel.

La programmation s’étoffe en novembre avec beaucoup de théâtre : Le Syndrome du banc de touche (le 1er), Poquelin II , un vrai feu d’artifice par la troupe de théâtre STAN (6 et 7), Dévaste-moi (le 17), Une des dernières soirées de Carnaval (le 24), Mon père est une chanson de variété , un spectacle de Robert Sandoz / L’outil de la ressemblance (27 nov.) et La Souricière d’Agatha Christie (le 29), une adaptation malicieuse à l’humour débridé, avec une distribution soignée. A noter également de la chanson avec Yael Naim (10 nov), de l’opéra avec Laïka, le chien de l’espace (14 nov), et une touche d’humour avec Laurent Deshusses (19 nov).

« L’Heureux Stratagème »
© Bernard Richebé

En décembre, place à L’Heureux Stratagème de Marivaux sous la patte de Ladislas Chollat ; de la haute voltige avec le duo Sylvie Testud – Éric Elmosnino (2 déc). De la musique avec le trompettiste Érik Truffaz et le pianiste israélien Shai Maestro (3 déc/salle del Castillo). Le Théâtre visuel de Adrien M & Claire B, Acqua Alta - Noir d’encre (5 déc) nous plonge dans des mirages virtuels d’une beauté à couper le souffle. Pour le jeune public, les marionnettes de La Poupée cassée seront sur scène les 12 et 13 déc. Citons encore Frou-Frou Les Bains , le théâtre musical qui clôturera le mois (31 déc).

L’année 2021 sera également très riche en événements. L’Hiver à Sokcho , exquise esquisse d’un amour en bordure de Corée due à la plume d’Elisa Shua Dusapin, sera proposée les 13 et 14 janvier. Et les Plaidoiries prendront vie grâce à l’interprétation magistrale de Richard Berry (16 janvier). Enfin, on découvrira La Vie trépidante de Brigitte Tornade  ! (23 janv), une comédie truculente et explosive qui dépeint la folie ordinaire d’une « vraie » vie de famille moderne.

« L’Homme qui rit »
© Kalimba

Avec J’ai envie de toi , de Sébastien Castro, l’on retrouve tous les codes du théâtre de boulevard : les imbroglios, des personnages hauts en couleur, le rythme... (7 février). Puis il y aura L’Homme qui rit , inspiré par Victor Hugo et servi par le Théâtre La Licorne, un spectacle visuel, poétique, humoristique et artisanal qui parle de la misère et des privilèges du pouvoir (16 et 17 fév).

Début de mars dansant avec No Plan B par la compagnie ADN Dialect, une pièce qui mêle musiciens et danseur·se·s sur des rythmiques jazzy et s’articule autour d’une sculpture pivotante surnommée « Le Mouvodrome » (5 mars). Le Bourgeois gentilhomme de Molière bénéficiera du talent de l’Agence de Voyages Imaginaires, dans une version décapante qui donne à ce grand classique un sacré coup de jeune (13 et 14 mars). Adieu Monsieur Haffmann est un spectacle rondement mené, tout en cultivant pudeur et délicatesse. Habile, efficace mais sans effets faciles (27 mars). A noter encore Le Grand Feu , séance de théâtre musical (18 mars) et J’ai crié Aline , où Thierry Romanens ne lit pas Ramuz, il l’interprète, le joue et le déjoue (30 et 31).

« Adieu Monsieur Haffmann »
© Grégoire Matzneff

Le 22 avril, Laterna Magica d’Ingmar Bergmann est servi par l’excellent comédien Fabien Coquil dans une mise en scène de Dorian Rossel et Delphine Lanza. Le Cirque Piètre prend place du 29 avril au 2 mai. Du grand art mêlant invention, musique, poésie et acrobatie.

« Möbius » - Cie XY
© Christophe Raynaud De Lage

La fin de saison se profile avec Clara Haskil, prélude et fugue (3 mai), un monologue que déroule la comédienne Laetitia Casta sur la musique du pianiste Isil Bengi. Le Cie XY de Rachid Ouramdane fera escale avec Möbius qui développe un langage chorégraphique étonnant autour de l’acrobatie et plonge le public dans un univers poétique où le temps semble suspendu (7 et 8 mai). Le 11 mai, Haroun fera de l’humour, avant que la Cie de L’éfrangeté de Sylviane Tille ne vienne avec Sans Peur, ni Pleurs  ! Une pièce de théâtre pour toute la famille qui met en évidence l’inévitable peur de grandir (4 séances du 22 au 23 mai).

Comme vous le constaterez, la programmation offre des spectacles pour tous les goûts et tous les âges.

Viviane Vuilleumier

Billetterie en ligne