Spectacles onésiens en décembre et janvier
Onex : fin d’année festive

Agréables divertissements en vue aux Spectacles onésiens

Article mis en ligne le décembre 2007
dernière modification le 7 décembre 2011

par Firouz Elisabeth PILLET

Novembre s’est terminé avec la venue d’un habitué, Idir, venu offrir au public la primeur de son dernier album, dans lequel une des chansons les plus émouvantes est celle écrite par sa fille, qui décrit avec justesse et tendresse les relations entre un père et sa fille. Les deux mois à venir offrent également d’agréables divertissements.

En décembre est agendé un autre rendez-vous onésien à ne pas manquer, à savoir l’évasion vers l’Est de l’Europe, avec des mélodies tziganes. Le jeudi 6 décembre, Urs Karpatz, ces Roms virtuoses, nous emmènent du Rajasthan en Andalousie avec des ballades brûlantes aux rythmes endiablés. Dans la lignée des grands maîtres du genre, et comme sortis d’un film d’Emir Kusturica ou de Tony Gatlif, les musiciens d’Urs Karpatz entonnent des morceaux tant mélancoliques que frénétiques, ces fameux morceaux de musique tsigane qui ponctuent chaque étape de la vie humaine, de la naissance à la mort, en passant par le baptême, les fiançailles ou le mariage.

Urs Karpatz

Dimitri et ses comparses sont de véritables virtuoses et pour causes, puisque dans les familles tsiganes à tradition musicale, les enfants doivent apprendre assidûment à jouer de leurs instruments pour être capables d’en vivre un jour, seule issue pour sortir de la misère. Les musiciens de Urs Karpatz chantent en Romanès, la langue emblématique des Tsiganes. Leur musique vibre, brûle, explose et le public se laisse emporter entre émotions diverses, entre joie, tristesse, nostalgie.

Serge Papagalli

En janvier, le mercredi 23, se sera au tour de Serge Papagalli de faire son one man show sur la scène communale d’Onex. Intitulé Manger pour ne rien dire, son spectacle mêle, comme le dit l’artiste lui-même : « La table, la communication, la peur du vide que l’on remplit, les grandes angoisses existentielles et les petites recettes culinaires, l’amitié, la tendresse, l’amour, la côte de bœuf à la braise, les horoscopes, le temps qui passe et toujours, cette envie de rire de tout et de reprendre des pâtes… », toutes choses qui lui tiennent à cœur et au ventre. Un régal !
Si cela vous intéresse, notez que Serge Papagalli dispose d’un site amusant : (http://www.papagalli.fr/html/interf.htm).

Firouz-Elisabeth Pillet

www.spectaclesonesiens.ch, (022) 879 59 99