Salle du Lignon, Vernier
Vernier : A l’affiche en janvier

Saison

Article mis en ligne le 29 décembre 2021
dernière modification le 11 février 2022

Belle affiche que celle proposée par la Salle du Lignon pour le mois de janvier !

« All I Need »
© Pierre-Emilio Médina

All I Need
La Beaver Dam Company arpentera la scène du Lignon avec la nouvelle chorégraphie imaginée par Edouard Hue. Inspiré par le célèbre jeu de Go, le chorégraphe rassemble sur un plateau neuf fauves politiques, qui désirent l’entière­té du monde en accaparant toujours plus de territoires, sans condition ni partage, pensant uniquement à leurs propres accomplissements personnels. Incapables de vivre dans un monde de concession, ils transcendent l’espace par des chorégraphies guerrières imposant violemment leurs person­nalités de conquérant.
All I Need est une ruée désespérée vers l’accomplissement de soi sans limites. Dans cet environnement belliqueux et tactique, comment rassembler le monde et éviter l’affrontement total ? Edouard Hue propose une vision dra­matique de l’aboutissement du travail du psychologue américain Abraham Maslow, célèbre pour sa pyramide hiérarchisant les besoins humains.

13 et 14 janvier à 20h

« La Mécanique du hasard »
© Christophe Raynaud de Lage

La Mécanique du hasard
Road movie, voyage initiatique, saga familiale et drame social se confondent pour nous livrer un récit d’aventures captivant présenté par le Théâtre du Phare d’Olivier Letellier !
Cette rocambolesque histoire de transmission inter-générationelle, conduite à un rythme effréné, nous embarque au milieu du désert texan pour suivre Stanley Yelnats, un ado envoyé en camp de redressement pour creuser des trous au fond d’un lac asséché. « Si on prend un mauvais garçon et qu’on lui fait creuser tous les jours un trou en plein soleil, il finira par devenir un gentil garçon ».
Adapté du foisonnant roman américain Holes de Louis Sachar, La Mécanique du hasard questionne les notions d’héritage et de libre arbitre. Dans un espace aussi nu qu’une page blanche, le récit est porté par deux comédiens qui nous entraînent à travers les lieux et les époques en incarnant à peine les personnages. Ainsi l’imaginaire du spectateur a-t-il toute la place pour se frayer un chemin.

28 janvier à 20h

« Hybridity »
© Klaus Fröhlich

Hybridity
Hybridity marque la rencontre du ballet romantique et des arts martiaux, de l’esthétique du sublime et de la culture de la guerre. La nouvelle création de la Compagnie CocoonDance explore et fusionne deux genres que tout oppose à première vue : la boxe Muay Thai et le ballet romantique tel que le concevait le chorégraphe russe Michael Fokine.
Dès la première seconde, la pièce s’emplit de l’énergie des danseurs. De l’exploration des corps au travers de mouve­ments originaux et de gestes inédits, naît un être compo­site. A mi-chemin entre l’être humain et la machine, cette créature singulière unit les contraires : le martèlement du boxeur se mêle aux plumes de la ballerine, les sauts gra­cieux du danseur de ballet s’associent aux jeux de jambes guerriers issus des arts martiaux.
Avec Hybridity, la chorégraphe Rafaële Giovanola pousse une fois encore les limites du corps humain et transforme ses danseurs en créatures hybrides, transportées dans un état proche de la transe.

31 janvier et 1er février à 20h

Billetterie : /41 (0)22 306 07 80, www.vernier.ch/billetterie, culturecom@vernier.ch