Musée du Quai Branly, Paris
Paris : « La Part de l’ombre »

Sculptures du sud-ouest du Congo

Article mis en ligne le 3 janvier 2022
dernière modification le 16 avril 2022

Lumière sur le Bandundu, ancienne province de la République Démocratique du Congo, l’exposition du musée du Quai Branly La Part de l’ombre. Sculptures du sud-ouest du Congo dévoile une production artistique d’une région riche mais encore méconnue, au travers de plus de 160 œuvres datant dans leur grande majorité des années 1875 - 1950 et pour la plupart jamais exposées. L’occasion de redonner toutes ses lettres de noblesse à la statuaire en bois congolaise.

Le sud-ouest congolais constitue un vaste territoire regroupant les provinces actuelles de Kinshasa, du Kwango, du Kwilu et du Mai-Ndombe, où plusieurs dizaines de peuples cohabitent. Une diversité que l’on retrouve tout particulièrement dans le domaine des arts plastiques, comme en témoigne l’extraordinaire variété des formes de la statuaire, des masques et autres objets usuels de la région.

L’exposition s’attache à dresser un panorama des arts traditionnels de cette aire culturelle. Au-delà des emblématiques masques liés au rite initiatique du mukanda (destiné aux jeunes garçons), “La Part de l’ombre“ entend éclairer une production plus discrète, celle de la statuaire en bois, et en donner plusieurs clés d’analyses. Ce sont ainsi plus de 160 œuvres créées par les Yaka, Pende, Tshokwe et Suku, et par des groupes plus discrets comme les Yanzi, Buma, Lyembe, Sakata ou Mbala, qui sont présentées et analysées dans cette exposition, de leurs caractéristiques typologiques, iconographiques et stylistiques aux détails de leurs usages.

jusqu’au 10 avril 2022