Notules CD - SM 202

Analyse de parutions récentes de : Brahms - Bruckner - Beethoven et Liszt.

Article mis en ligne le mars 2008
dernière modification le 28 octobre 2008

par Bernard HALTER

Brahms :
Trio avec piano op. 114 ; Les 2 sonates op. 120 ; Zwei Gesänge op. 91
Thomas Riebl, alto.
Silke Avenhaus, piano.
Gustav Rivinius, violoncelle.
Michelle Breedt, mezzo-soprano.
1 CD Pan Classics pc 10202, © 2007

Le Wiener Streichsextett s’est dissout il y a quelques années après vingt-cinq années d’une carrière exceptionnelle. Fort heureusement, ses membres continuent séparément leurs activités musicales, à l’image de Thomas Riebl, altiste de premier plan qui continue sa très heureuse exploration du répertoire de chambre –relativement menu– confié à son instrument.
Dans la foulée de ses enregistrements antérieurs gravés pour le compte de la firme suisse Pan Classics (Chostakovitch, Rolla, Schubert, Schumann), le musicien viennois revient avec un programme entièrement consacré à des opus tardifs de Brahms. S’y trouvent, comme on pouvait le présumer, les ultimes sonates de l’opus 120 que le musicien sert en compagnie de la pianiste très en vue Silke Avenhaus, mais aussi le magnifique Trio op. 114. Chacune de ces trois œuvres jouit d’un élan certes généreux mais toujours bien maîtrisé puisqu’il laisse le chant instrumental s’épanouir avec équilibre. Complétant ce programme déjà copieux, la mezzo-soprano Michelle Breedt aborde les deux chants de l’opus 91 à l’avenant des qualités instrumentales de ses accompagnateurs.
Un très beau disque au sujet duquel on regrettera toutefois l’absence des textes chantés dans la notice d’accompagnement, pourtant complète à maints autres égards.
Bernard Halter

Bruckner :
Symphonie N° 9 (version Nowak)
OSR, dir. Marek Janowski.
SACD PentaTone PTC 5186 030

Marek Janowski et l’Orchestre de la Suisse Romande sortent un nouveau disque chez PentaTone. Enregistré en mai 2007 au Victoria Hall, cette Neuvième de Bruckner démontre une fois de plus les résolutions éditoriales d’un label qui n’hésite pas à diffuser le répertoire symphonique. Marek Janowski a d’ailleurs gravé récemment pour le compte de la même firme les 2e et 3e symphonie de Brahms (avec le Pittsburgh Symphony Orchestra). Aborder le temple du compositeur autrichien par sa dernière symphonie, inachevée, ne peut que susciter un vif intérêt, tant cette œuvre semble annoncer la première moitié du XXe siècle : des résolutions qui se font attendre, une richesse harmonique et des éléments "motoriques".
Les belles références discographiques sont légion pour cette œuvre (Giulini en tête, Jochum, Wand, Furtwängler, Bernstein…). Marek Janowski propose une vision de Bruckner certes charpentée mais pas forcément taillée dans le granit. On saluera à cet égard la très belle plasticité des cordes, le fruité des bois (Trio du second mouvement), les nuances et la qualité des phrasés de l’OSR. Le mouvement le plus réussi dans son ensemble est sans aucun doute le mouvement médian, avec sa scansion rigoureuse (Scherzo) et ses cuivres contrôlant leur émission, permettant à l’ensemble de trouver une alchimie séduisante et pertinente des timbres. A l’occasion, parvenant à exploiter la malléabilité de son orchestre, le chef offre des éclairages plus intimes que certains de ses confrères et conduit les lignes de chant (3e mouvement) sans rendre ces dernières trop alambiquées. Seule menue réserve, les grandes progressions du premier mouvement apparaissent parfois un peu précipitées, rendant plus incertain l’essor de leur intensité. Toute lourdeur se trouve toutefois élégamment expurgée des épisodes intermédiaires de ce même mouvement, rappelant les qualités qui se trouvent au cœur de cet enregistrement à découvrir absolument.
Bernard Halter

Beethoven :
Concerto pour piano n°1
Liszt :
Extraits des 2e et 3e années de pèlerinage
Gilles Vonsattel, piano.
Orchestre de Chambre de Genève, dir. Juraj Valcuha.
1 CD Pan Classics pc 10197, © 2007

Les Montres Breguet, sponsor principal du Concours de Genève, a imaginé il y a quelques années un « Prix Coup de cœur » qui a pour mission de pourvoir à l’essor de la carrière artistique d’un talent particulier, remarqué à l’occasion du Concours. Le bénéficiaire de ce prix se voit notamment offrir la possibilité d’enregistrer un disque dans d’excellentes conditions techniques. Le pianiste Gilles Vonsattel, né à Lausanne, a été l’heureux élu de ce prix original en 2006, une distinction qui s’ajoute à son 2e Prix du Concours de Genève (le Premier prix n’a pas été attribué en 2006). Il a rejoint le Victoria Hall ainsi que le Studio Ernest Ansermet pour y enregistrer pour le compte du label suisse Pan Classics le Concerto n°1 de Beethoven et des pièces de Liszt extraites des Années de pèlerinage.
Gilles Vonsattel mène une carrière très soutenue aux Etats-Unis, où il réside depuis son plus jeune âge. Le jeune homme sert une multitude de compositeurs –de Bach à Xenakis résume sa biographie– et collabore comme chambriste avec des musiciens de la trempe de Kim Kashkashian ou de Yo-Yo Ma. Le présent enregistrement brosse le portrait d’un pianiste déterminé, plein d’élan et capable de ménager un équilibre, une transparence dans les pièces aussi virtuoses qu’intenses de Liszt, des pièces dont il ne néglige aucun aspect de la construction. Le concerto de Beethoven, dont il joue le final avec la cadence de Gould, fait état pour sa part une belle maturité.
Bernard Halter