4e édition du Festival international du Film oriental de Genève
Genève : Festival international du Film oriental

Présentation du programme de la 4e édition du Festival international du Film oriental de Genève.

Article mis en ligne le avril 2008
dernière modification le 1er mai 2008

par Tahar HOUCHI

Forte du soutien du département de la culture de la ville de Genève et plusieurs autres partenaires, la 4e édition du Festival international du Film oriental de Genève, organisée par l’association FIFOG, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux œuvrant pour le développement, la diversité culturelle et le dialogue intercivilisationnel, se tiendra du 7 au 13 avril 2008 au CAC-Voltaire, à Lausanne, à Versoix, à Berne et à Gex.

L’ouverture du festival sera marocaine avec Deux femmes sur la route, un film à la fois dramatique et drôle, de Farida Bourquia, et la clôture sera algérienne avec Ayrouwen du grand poète de l’image Brahim Tsaki. Les deux films sont projetés en première suisse, respectivement les 7 et 12 avril au CAC-Voltaire. Entre deux, une trentaine de films, en majorité inédits en Suisse, seront offerts aux regards curieux du public.
Parmi eux, il s’y trouve quelques incontournables à l’instar de l’étonnant La Bataille pour Haditha de l’Anglais Nick Bloomfield qui témoigne de la guerre en Irak, le surprenant L’Ennemi intime du Français Emilio Siri qui revisite la guerre d’Algérie et l’hilarant Cabale à Kaboul du Belge Dan Alexe.

« Ayrouwen », de Brahim Tsaki.

La cuvée de 2008 continue à explorer les sociétés orientales dans leur diversité et à interroger les frontières entre l’Orient et l’Occident. Elle cherche également à montrer des fictions, des documentaires et des courts-métrages inédits, sinon peu connus en Suisse, à initier des débats sur des thèmes touchant aussi bien à l’Orient qu’à l’Occident, à offrir une plate-forme d’expression pour les jeunes réalisateurs orientaux et à favoriser le dialogue et la compréhension interculturelle. Outre cela, l’édition 2008, est volontairement orientée vers le partage des moments de plaisir, de joie et de bonheur qui caractérise cette sphère géographique et civilisationnelle : ainsi la douleur va rimer avec bonheur !

Orient complexe et diversifié
Renforcé par plusieurs membres dynamiques et crédibilisé par le président d’honneur 2008, M. Malek Chebel, islamologue, anthropologue, psychanalyste et spécialiste de l’histoire des religions et de la civilisation arabo-musulmane, s’affirmant aujourd’hui comme l’une des voix les plus écoutées, le FIFOG se veut résolument ouvert au dialogue.
Ainsi, pendant le festival, plus de 30 films, fictions, documentaires, longs et courts-métrages récents ou qui font écho à l’actualité la plus brûlante, évoqueront un Orient complexe et diversifié. Ils sont regroupés en plusieurs thématiques. D’abord, « L’Orient entre terrorisme, soufisme et onirisme » qui met en évidence l’Islam ouvert et tolérant liant les grands mystiques musulmans, les grands poètes d’Orient et les célèbres contes populaires des Mille et Une nuits. Cette thématique se décline en un hommage spécial à un des soufis des temps modernes, en l’occurrence le cinéaste et conteur tunisien Nacer Khémir. Ainsi le public aura l’occasion de voir ou de revoir, en présence du réalisateur, l’ensemble de ses œuvres filmiques dont les magnifiques Les Baliseurs du désert, Le Collier perdu de la Colombe et Bab’ Aziz, et apprécier ses calligraphies qui seront exposées, le temps du festival, à la librairie arabe l’Olivier.
Ensuite, « Islam, Arabes et terrorisme ou After 9/11 » qui revient sur les conséquences des attentats du 11 septembre 2001 sur les musulmans en Europe et aux Etats-Unis. Cette section est composée de films réalisés par des Américains d’origine orientale, notamment des universitaires. On y trouve deux films analytiques, à savoir Reel Bad Arabs avec le Docteur Shaheen de l’université de l’Illinois et Arabs and Terrorism de Hassan Bessam, de la George Mason University. Ce programme se décline en une note comique avec American Fast de Hesham Issawi avec le fameux Tony Shalhoub. 

« La Bataille pour Haditha », de Nick Broomfield
Photo Laurie Sparham

Enfin, les autres sections complétant la programmation. Parmi elles figurent : « Migration, racisme et intégration » regroupant des films traitant des étapes que traversent les migrants avant d’arriver dans le pays d’accueil, « Regards de femmes » qui offre quelques-unes des dernières productions féminines d’Orient comme Le Regard de l’Iranienne Sepideh Farsi et l’Envers du miroir de l’Algérienne Nadia Cherabi, et la section « Orient-Occident » qui, à travers des regards croisés, continue à explorer les frontières entre l’Orient et l’Occident.
On ne peut terminer sans souligner deux autres événements importants, soit FI-FON-FAN, le festival des enfants, et le Colloque « Migrations, intégration et sécurité internationale » qui aura lieu à l’Institut des Hautes Etudes internationales et du Développement (IHEID). Alors que le premier offre aux enfants la possibilité de découvrir un Orient à travers des personnages touchants et instructifs, le second permet, par des approches pointues, d’éclairer un public averti sur les enjeux et les défis de l’émigration ainsi que ses conséquences sur la sécurité internationale.

Tahar Houchi

Infos : 022 345 26 00 
 
www.filmoriental.com